POURQUOI CHOISIR SON PARQUET CHEZ APF !

Quel type de parquet choisir ?

Le parquet en bois massif
est celui que l’on trouvait historiquement dans les intérieurs bourgeois. Certains d’entre eux ont même résisté jusqu’à aujourd’hui et apportent un cachet indéniable aux immeubles qui les abritent. En faisant le choix du traditionnel bois massif pour votre parquet, vous pouvez en effet espérer le conserver au moins 100 ans ! Mais ce type de parquet accuse aujourd’hui le coup face au contrecollé : il ne représente plus que 30% du marché environ (si l’on exclut les stratifiés).

Les lames de parquet en bois massif sont usinées à partir d’une seule frise de bois, c’est-à-dire une seule planche étroite servant à cette fabrication. C’est la raison pour laquelle le parquet massif “travaille” plus que les autres types de parquet : il se dilate et se rétracte en fonction de la température et de l’hygrométrie de la pièce où il se trouve. Pour avoir un parquet massif dans une pièce d’eau, il faut donc choisir une essence exotique imputrescible qui résistera bien à l’eau, comme le teck. Mais ce type d’essence est beaucoup plus cher.

Si l’épaisseur des lames de parquet est suffisante (au moins 20 mm), on peut le clouer sur des lambourdes. Cela constitue la technique traditionnelle de pose du parquet massif. Mais on peut également le coller.

Le parquet massif peut être vendu brut de rabotage. Dans ce cas, il faudra prévoir de le poncer, puis le huiler, cirer ou vitrifier. On trouve également du parquet massif pré-poncé, ou fini en usine, ayant éventuellement subi une préparation pour lui donner un effet vieilli ou teinté par exemple.

Le parquet contrecollé : résistance et simplicité
Le parquet contrecollé est constitué de trois couches. La couche supérieure est faite d’une essence noble, qui donnera au parquet son aspect. On l’appelle “couche d’usure”, ou parement, car c’est elle qui sera poncée pour entretenir le parquet en cas d’usure. Elle doit faire au moins 2,5 mm d’épaisseur. Les deux couches suivantes sont fabriquées avec des dérivés de bois.

Les parquets contrecollés sont souvent traités en usine et ne nécessitent généralement aucun traitement après la pose. Ils sont fréquemment vendus avec une finition vitrifiée, qui facilite leur entretien. Leur fabrication industrielle permet d’offrir une large variété de stylesavec toutes les essences disponibles.

Côté travaux, l’aspect pratique et économique de la pose flottante la fait souvent préférer aux autres techniques. Mais le parquet contrecollé peut également être cloué, ce qui est rare, ou collé. Il faut notamment opter pour la pose collée si l’on dispose d’un chauffage par le sol. Cette technique de pose garantit également un parquet plus silencieux.

Si la durée de vie d’un parquet contrecollé est plus courte que celle d’un parquet massif, vous pouvez tout de même espérer le garder au moins 50 ans. Ce type de parquet présente en outre l’avantage de mieux résister à l’humidité que le parquet massif, en se dilatant moins.

Le stratifié : pratique et bon marché
Contrairement aux deux types de parquet précédents, le parement du stratifié n’est pas en bois. Il est composé d’une imitation bois sur papier, recouverte d’une couche de résine, collée sur un support aggloméré ou medium. L’imitation bois est faite de reproductions de motifs dont la diversité offre aujourd’hui un aspect irrégulier proche de la réalité.

Les lames de stratifié sont généralement de grande dimension (20×120 cm) et de faible épaisseur (6 mm). On en trouve dans des styles et des couleurs très variés, ne nécessitant pas de traitement après la pose.

La pose du revêtement stratifié se fait toujours flottante, ce qui présente l’avantage d’être facile et rapide.

Grâce à son prix très abordable et son côté pratique, ce type de revêtement est de plus en plus répandu. Facile à entretenir, il résistera cependant moins bien dans le temps que les parquets massifs et contrecollés, notamment aux endroits de passage. Il ne sera alors pas possible de le rénover.

La qualité du produit

Une classification commune à de nombreux revêtements de sol (parquets, carrelage, etc.) permet d’évaluer la solidité du produit. Il s’agit de l’UPEC, où le U fait référence à l'”usage”, le P au “poinçonnement” (impacts), le E à la “résistance à l’eau et à l’humidité”, le C à la “résistance aux produits chimiques et d’entretien”. A chaque lettre est associée une note entre 0 et 4.

Source : Linternaute.com

Une renseignement sur les parquets ?
Recevoir une offre personnalisée et gratuite ?

Contactez-nous au